Faites-vous rappeler !




*réservé aux professionnels

Informations Nos dossiers Retours d'expériences

RETOUR D'EXPERIENCES - DECEMBRE 2012

Entretien avec Monsieur Jean-Pierre Bouchilloux, Ingénieur Génie Industriel à L'Occitane d'Imprimerie à Toulouse, dans le cadre du contrat de révision des Servomoteurs Asynchrones de marque SIEMENS et de type :

  • 1PH7167
  • 1PH7163
  • 1PH7133
  • 1PH7103

 

signé entre L'Occitane d'Imprimerie et ASERTI Electronic en 2012.

 

Dans un premier temps, pouvez-vous nous présenter votre entreprise et votre fonction ?

Je travaille à l’Occitane d’Imprimerie qui est un centre d’impression filiale à 100% de la Dépêche du Midi. C’est un journal quotidien de presse régionale regroupant 10 départements centrés sur la région Midi Pyrénées (Languedoc Roussillon, Aquitaine). Notre filiale s’ouvre à l’impression d’autres produits comme Le Monde, Direct Toulouse, Midi Olympique. L’objectif étant bien entendu d’augmenter notre chiffre d’affaire et de développer notre activité. Nous fonctionnons 366 jours/ an !

Je suis rentré à L’Occitane en 1981 en tant que technicien au service maintenance. Aujourd’hui Ingénieur en Génie Industriel, je gère notamment tous les contrats de partenariats entre l’Occitane d’Imprimerie et les fournisseurs.

Quels types de machines utilisez-vous pour votre production ?

Nous avons plusieurs ateliers de production avec diverses machines : fabrication des plaques en aluminium (Kodak), les rotatives Goss ou encore la salle d’expédition Wamac. Les rotatives font parties des équipements les plus imposants, elles peuvent imprimer chacune en configuration maximale des journaux de 48 pages produits à 80 000 exemplaires heure et jusqu’à 80 pages lorsque nous les accouplons.

Dans quels domaines faîtes-vous appel à ASERTI Electronic et depuis combien de temps ?

Nous travaillons avec ASERTI Electronic depuis mai 2007 : nous avons commencé avec la réparation de cartes d’automates Siemens S7, elles étaient onéreuses et nous cherchions déjà à améliorer nos coûts et à obtenir une fiabilité maximale de nos équipements. En imprimerie, nous ne pouvons pas retarder la parution du journal....si nos journaux sont distribués à 07h00 du matin alors nos clients potentiels sont déjà sur leur lieu de travail et ne les achètent pas. C’est pourquoi, la notion de Qualité (de service, d’analyse) est primordiale. Aujourd’hui, nous avons mis en place un contrat en préventif basé sur des démarches que nous avons construites ensemble depuis 2007.

Le préventif : il s’agit pourtant d’une activité différente de la réparation de carte électronique ?

C’est justement dans un contexte de « capital confiance » qui a grandi au fil des années que nous avons mis en place ce contrat. Notre première démarche commune d’amélioration d’un équipement concernait des platines de commande (pupitres) défectueuses. Avec ASERTI Electronic, nous avons mené une réflexion sur les composants en panne et nous avons trouvé des solutions. Par la suite ce sont des variateurs de vitesse Siemens (MM3) qui nous lâchaient petit à petit et nous avons trouvé pourquoi ils étaient défaillants grâce à une analyse et une traçabilité rigoureuse des problèmes. La confiance s’est vraiment instaurée à ce moment-là. 

Puis, les moteurs ont présenté des problèmes d’obsolescence au niveau des roulements. Les enjeux étaient de taille : imaginez une panne de 1 h, c’est 8 pages en moins dans le journal, c’est impossible !!

Pourquoi avez-vous fait le choix de travailler avec ASERTI Electronic ?

Grâce à un cahier des charges bien rédigé, ASERTI Electronic a remporté le marché face aux constructeurs (Siemens, Goss…). Ce qui compte pour nous, c’est la rigueur (qualité technique et qualité de service) et le respect des engagements (délais et prix), c’est ce pourquoi nous avons choisi ASERTI Electronic. J’ajouterais également que tout cela repose sur des relations humaines fortes, c’est  le ciment entre toutes les autres valeurs techniques.

Comment se passe votre relation avec ASERTI Electronic ?

Notre relation est très bonne. Je vous avoue que nous avons eu des inquiétudes quand Monsieur Da Silva, notre principal contact à l’époque, a changé de fonction et de périmètre mais la passation s’est vraiment très bien passée et n’a fait que renforcer cette confiance en ASERTI Electronic.

Nous sommes habituellement prudents dans la diffusion du nom des fournisseurs. J’ai donné le nom d’ASERTI Electronic à plusieurs de mes confrères parce qu’avec vous « ça marche » !!

Comment voyez-vous l’avenir de la relation entre votre entreprise et ASERTI Electronic ?

Dans le domaine de la maintenance, nous avons des éléments d’aide à l’analyse : « la courbe en baignoire » (1-phase de criticité, 2- la phase de stabilité, 3- phase de perte de fiabilité - vieillesse -) nous permet d’étudier le fonctionnement des matériels dans la durée. Grâce à ASERTI Electronic, nous analysons et améliorons cette phase d’obsolescence de la manière la plus précise possible, on comprend pourquoi ça ne marche pas alors que les fabricants ne cherchent qu’à remplacer !!

Cela nous permet d’augmenter la durée de vie d’un équipement tout en conservant la fiabilité nominale avec un coût mesuré et dans tous les cas bien moindre qu’avec du matériel neuf.

Vous savez l’Occitane d’Imprimerie existe depuis 1870, donc je dirais qu’il faut fonctionner encore comme cela pendant de longues années. L’évolution des technologies d’impression nous amène vers davantage d’équipements où l’électricité, l’électronique deviennent des éléments essentiels. Je pense donc qu’ASERTI Electronic a un bel avenir devant elle et avec nous !!

Logo Dépêche du Midi

Nous remercions sincèrement  Monsieur Bouchilloux pour sa disponibilité et sa confiance.

Retrouvez l'article paru dans la Dépêche du Midi, à l'occasion des 20 ans d'ASERTI Electronic, au Centre de Services de Toulouse : téléchargement

 

Les internautes ont également lu ces articles :